Batman : the dark knight

Publié le par Scarlett

J'ai tellement aimé ce film que je ne sais pas bien par où commencer. On commence par un joli casting : Christian Bale, Michael Caine, Maggie Gyllenhaal, Heath Ledger, Aaron Eckhart, Gary Oldman, Morgan Freeman, et j'en passe. Et en réalisateur, Christopher Nolan qui avait déjà fait Batman begins.

Gotham City est gangrénée par la criminalité. Batman et le lieutenant James Gordon veulent lui rendre sa grandeur passée. Ils placent leurs espoirs en Harvey Dent, jeune et frais procureur qui peut redonner confiance aux citoyens. Mais le Joker, un criminel plus ambitieux que les autres, décide de leur barrer la route et déclare qu'il assassinera des innocents tant que Batman ne dévoilera pas son identité, et rend ainsi Batman coupable aux yeux du peuple des cadavres qui s'entassent. Le justicier se heurte à la personnalité imprévisible du Joker : il est impossible de contrecarrer ses plans puisque ce tueur fou n'en a aucun.

J'ai un peu regretté la batcave traditionnelle sous le manoir des Wayne (je n'ai vu Batman begins qu'ensuite, tout s'explique) et le transformateur de voix qui fait ressembler Batman à un fumeur invétéré de cigarettes sans filtre. Et je suis une des rares midinettes à ne pas tomber en pâmoison devant le corps de Christian Bale qui ressemble plus à un enfant de choeur qu'à un justicier en colère, heureusement que le masque cache la candeur de son visage. J'ai regretté Michael Keaton (Batman et Batman, le défi) et son visage impassible. Malgré tout, Batman est convaincant et l'on se laisse volontiers captiver. On se fait à tout, de la batmobile revisitée à la cave sans chauve-souris en passant par majordome qui ne vieillit jamais. Que votre préférence aille aux films psychologiques ou aux grosses explosions, vous en aurez pour votre argent. Moi qui suis entre les deux (mais un peu moins badaboum) j'en ai eu plein les yeux et plein les oreilles, à me rassasier pour trois semaines. Il faut bien sûr applaudir le jeu de Heath Ledger, sombre et inquiétant à souhait en psychopathe criminel, ainsi que celui d'Aaron Eckhart, parfait en héros lisse et propre prêt à changer le monde.
Batman : the dark knight est très beau et
assez lugubre. Alors que le monde autour de lui sombre irrémédiablement, Bruce Wayne devient, enfin, le Goddamn Batman. Et c'est un régal.

Il faudra quand même m'expliquer pourquoi on dit "le Batman" et pas "Batman" tout court. Dit-on "le Spiderman"?
Et tant que j'y suis, je vous ai trouvé ce blog avec de très belles images inédites (et pas mal de spoilers, vous êtes prévenus).

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article