La pierre et la flûte

Publié le par Scarlett

  pierre-et-flute.jpgLa pierre et la flûte est un roman de Hans Bemmann traduit de l'allemand par Alain Robert.


Jadis naquit à Fraglund un enfant qui devait connaître un singulier destin.
« Mais pourquoi ne crie-t-il pas? s'étonna son père à sa naissance.
- On ne peut crier et entendre à la fois, repartit la sage-femme.
- Il s'appellera donc Tout-Ouïe. »
Livre premier, dans lequel on apprend comment Tout-Ouïe reçoit pour présent une pierre étrange et part en quête de son mystère dans le domaine régenté par la belle Gisa aux yeux d'azur.
Entraîné à commettre un méfait, il connaîtra trois rudes années d'errance au service d'un flûtiste sans pour autant réparer l'irrémédiable.
Chemin faisant, il entend nombre d'histoires qui vont l'exercer peu à peu à l'art d'écouter.

L'Atalante a réédité les trois tomes de La pierre et la flûte au printemps 2009 et, si les superbes illustrations de Lidwine en ornent toujours la couverture, les livres (en plus d'avoir une couverture pelliculée, contrairement aux couvertures cartonnées et grenues qui ont fait le charme de cette maison d'édition mais ont été jugées trop fragiles, hélas!) se voient estampillés d'un hideux sceau "Atalante Jeunesse", donnant une fausse idée de futilité à cette trilogie.
On suit Tout-Ouïe, jeune homme ignorant et naïf, tout au long de ce singulier roman d'initiation à la narration fluide sans être simpliste. Singulier, parce qu'au lieu d'apprendre peu à peu de ses erreurs, Tout-Ouïe semble s'obstiner à faire toujours les pires choix possibles, à persévérer dans la mauvaise voie et à faire mauvais usage des précieux cadeaux qu'on lui a fait. Loin d'avoir quoi que ce soit d'héroïque, il tombe dans le piège de toutes les tentations et ne doit souvent son salut qu'à des amis dévoués et plus sages que lui.
Au gré des rencontres qu'il fait, le lecteur découvre un monde cohérent où chaque personnage a une histoire dont on retrouve l'écho dans les vies des autres personnages, et où chacun participe à quelque chose qui le dépasse, au grand tissu du vivant que Tout-Ouïe ne parvient pas à appréhender. La narration polyphonique contribue à cet effet en laissant la parole à toutes sortes de personnages qui racontent toutes sortes d'histoires aux allures de légendes et en nous donnant accès aux rêves du jeune homme, tantôt tourmentés, tantôt porteurs de messages, mais toujours évanescents.
Le rythme est tranquille sans être soporifique. Il faut saluer l'excellente traduction qui garde intacte toute la poésie du texte. Le lecteur embarque avec Tout-Ouïe dans son étrange quête qui l'occupera tout une vie durant, et en ressort comme d'un rêve énigmatique.
Je le conseille vivement malgré son prix (respectivement 14€, 18€ et 20€ pour les tomes 1, 2 et 3) et sa couverture trop lisse.

Publié dans Lectures

Commenter cet article