Par trois fois j'ai vaincu...

Publié le par Scarlett

Par trois fois j'ai vaincu les seigneurs souterrains
Si Dieu est leur idole je suis leur suzerain
J'ai baigné dans la source où pleurent les sirènes
Et j'ai perdu ma voix en embrassant leur peine

Sous mes yeux ont fané les étoiles lointaines
À mon côté chemine la belle Syrienne
En partant elle a dit Tuez-moi je vous prie
Mon épée s'est brisée dans son sein alangui

Je lui offre à l'aube le lait de ma brebis
Mes yeux d'améthyste pour prix de sa vie
Les sentiers des montagnes serpentent sans fin
Aux sabots de ceux qui chevauchent au matin

Je rejoins mon palais pour couronner ma reine
Au-delà des hauts plateaux de l'Anatolie
Je ne crains plus le feu ni le fer ni la faim

Publié dans Mes écrits

Commenter cet article

Ligeia 31/05/2007 10:31

Voici un commentaire "de prof" puisque tu me l'as demandé : je le trouve assez équilibré et les images épiques qu'il évoque nous ramènent à des écrits, des films de référence assez puissants (tu t'en es servi ? si oui, quelles sont tes chefs d'oeuvre en la matière?... Simple curiosité.) Toutefois, je lui préfère celui que tu as publié sur le forum et je m'attendais à le trouver ici. Il n'est pas trop tard pour bien faire...
à l'occasion, passe me voir... mais comme je le disais en écho à Musset, on naît poète, on devient prosateur. Tu ne trouveras que de la prose poétique chez moi (si tu as la patience de me lire)
à bientôt
 

Scarlett 02/06/2007 11:48



Merci.
Le ton épique est voulu quoique les références se trouvent plutôt dans l'imaginaire collectif et dans la mythologie que dans des oeuvres particulières.
Si je devais toutefois nommer les références dont je me suis nourrie, je dirais : l'Enéide de Virgile, l'Odyssée d'Homère (que je n'ai pas lue, mais qu'on m'a racontée souvent en cours de latin
et de littérature), l'histoire d'Andromaque (je n'ai lu que la pièce de Racine). Tout ceci n'est que partiel, je me suis beaucoup inspirée de légendes dont j'ai oublié les noms.
Le thème principal est celui d'une quête achevée, qui laisse un peu sur sa faim : que reste-t-il lorsqu'on a tout conquis? Je l'ai retrouvé dans le Seigneur de Anneaux et Bilbo le Hobbit, mais ce
thème me hante depuis bien longtemps.