Le parfum

Publié le par Scarlett

Ma dernière toile en date. L'affiche est sublime (je vais d'ailleurs sûrement la piquer pour orner ma chambrette).
L'histoire : Jean-Baptiste Grenouille, en plein XVIIIème siècle, naît avec un odorat extrêmement développé. Obsédé par les odeurs, il se fait embaucher par un parfumeur qui admire son don pour marier les senteurs. Auprès de lui, il apprend toutes les techniques qui permettent de préserver les parfums. Mais le voilà qui se met à la recherche de la fragrance idéale, celle qui envoûtera les hommes et mettra le monde à ses pieds. Pour cela il se met en quête des parfums les plus délicats. Mais peut-il conserver toutes ses sensations? Comment emprisonner l'odeur d'une jeune fille?
C'était pourtant bien parti, l'histoire de cet homme passionné jusqu'à la déraison, l'atmosphère était lourde, palpable et presque irrespirable, pour ainsi dire saturée des parfums envoûtants du film, les acteurs jouaient très bien (et une courbette pour Alan Rickman, toujours délicieux), on s'y croyait, on se dilatait les narines dans la salle de cinéma (heureusement que c'est dans l'obscurité, soit dit en passant). Et puis il y a eu cette scène à Grasse, lorsque Grenouille subjugue la foule par la seule force évocatrice de son parfum. Et on se demande ce qu'on fiche là.
Depuis j'essaie d'oublier la fin plutôt déconcertante pour ne garder que le souvenir émerveillé du début éblouissant. J'ai du mal.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article