Ken games, toute vérité n'est pas bonne à dire

Publié le par Scarlett

Ken gamesScénario : José Robledo
Dessin et couleurs : Marcial Toledano
Editeur : Dargaud
Tomes : 3 (série finie)

Pierre, un mathématicien, et TJ, un banquier sont des amis de longue date. Un beau jour, TJ présente à son ami sa fiancée Anne, une institutrice. Tout ce beau monde s'entend très bien. Sauf que les trois personnages ont construit leurs vies sur des mensonges plus gros qu'eux. Pierre, malgré son génie mathématique, a abandonné ses études pour se lancer dans la boxe et fait croire à TJ depuis le lycée qu'il gagne sa vie grâce à des bourses. TJ passe ses journées non pas à la banque mais dans une salle de poker en espérant s'offrir un accès un jour à des tournois plus importants. Anne n'est pas institutrice, elle vient de se trouver un petit boulot de serveuse dans un bar... pour mieux abattre le patron (bon, là je vous spoile. Mais rien qu'avec la couverture et le nom des trois albums c'était déjà fichu).

http://1.bp.blogspot.com/_nPA60wZDey8/TRy5L1B38xI/AAAAAAAAAoE/iJIdxzSlDP4/s640/Ken_Games_1_p2.jpgÀ la fin du premier tome, j'étais curieuse de lire la suite. À la fin du deuxième beaucoup moins, d'ailleurs malgré l'achat du troisième tome il y a plusieurs mois je ne l'ai lu que récemment. Pourtant, il y a du mystère, un peu de suspense, du mensonge, les personnages sont plutôt attachants, le trait est souple et agréable... Je ne peux pas vraiment dire que je n'ai pas aimé mais ce n'est certainement pas la BD de l'année à mon avis. Pourtant, beaucoup de bédéphiles, à commencer par mon libraire un peu fou, ont adoré.

Ce qui m'a plu en revanche, c'est le souci non pas du détail mais de l'anecdotique, du jeu de mots. Les trois tomes s'intitulent Pierre (pour le boxeur), Feuille (pour le joueur de poker dont le nom complet est Thomas-Jean Feuille) et Ciseaux (pour la tueuse à gages). Ce sont des jeux de mains comme ceux que pratique TJ lorsqu'il triche. Chaque personnage a une couleur et une atmosphère particulière (on le voit sur les couvertures) sans que ce soit arbitraire et illisible.
En fait, c'est un peu comme un horoscope qui vous dit que selon votre jour de naissance, votre couleur est le bleu, votre chiffre est le 6, votre animal est le blaireau et votre pierre le jade. Ces correspondances ne servent à rien, mais dans Ken games je les ai beaucoup appréciées.

Le dessin est joli la plupart du temps, à l'exception de la gueule impossible de Pierre (une mâchoire qui fait les deux tiers de sa tête, des cheveux comme un casque) et du menton interminable de TJ (dans certaines cases seulement). Anne est même particulièrement mignonne. La couleur est soignée, et permet certains effets dans les scènes de combat qui font penser aux vidéos faites à partir d'une succession de photos, et qui donnent un aperçu de la vivacité de l'action.

http://fc01.deviantart.net/fs71/i/2010/105/b/2/KEN_GAMES_by_joserobledo.jpgLe troisième tome paru à l'automne dernier était vendu avec un très beau coffret pour ranger les trois tomes (avec les deux visages des trois personnages, selon le recto et le verso) et un ex libris (que je trouve moche, personnellement).

Dans les trucs qui m'ont chiffonnée, il y a le fait que les écritures dans le dessin sont toutes en anglais, alors que l'histoire est, je crois, censée se passer en France. Est-ce une façon de s'assurer un lectorat international en facilitant les traductions possibles, en supposant que quelle que soit la langue des dialogues, tout le monde comprendra le reste en anglais?

Tout de même, Ken games vaut que l'on s'y attarde.

Publié dans Lectures

Commenter cet article