New York I love you

Publié le par Scarlett

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/74/24/75/19248076.jpgL'amour est universel. Mais surtout new-yorkais. Deuxième volet de la série des "villes de l'amour" conçue par Emmanuel Benbihy après Paris je t'aime, et qui devrait compter aussi Shanghai, Jérusalem, Rio de Janeiro et Bombay, New York I love you est un film où se croisent une multitude d'acteurs pour une dizaine de réalisateurs, dans cinq quartiers différents de la ville. Ce n'est pas une suite de courts métrages car on retrouve les acteurs des précédentes scènes dans les suivantes, de manière anecdotique, mais cette tentative de rafistolage n'était vraiment pas nécessaire et reste artificielle. Les critiques sont loin d'être dithyrambiques d'ailleurs, et condamnent pêle-mêle la mièvrerie du sujet, la multiplicité des réalisateurs qui ne permettrait à aucun de s'affirmer, le fantasme bobo de la ville de tous les possibles, surtout l'improbable, et la mise en abîme finale bâclée et galvaudée.

Je ne serai pas si sévère, bien que ce ne soit ni le film du siècle ni celui de l'année. Tout comme dans le premier film, la ville n'est qu'un prétexte. Hayden Christensen et surtout Orlando Bloom brillent par la pauvreté de leur jeu mais l'étincelante Natalie Portman rattrape grandement ce gâchis. Certaines scènes sont bien moins réussies que d'autres comme on peut s'en douter. Cependant on passe un bon moment, entre scènes jolies (l'inconnue du trottoir), émouvantes (marchandage chez le diamantaire) ou franchement drôles (l'écrivain baratineur). L'optimisme bien qu'artificiel finit par porter ses fruits et l'on en ressort avec le sourire.

La musique évanescente y contribue grandement (d'ailleurs, je suis à la recherche des titres et des interprètes). Je prévois déjà d'aller voir les suivants.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article