On fera avec

Publié le par Scarlett

on-fera-avec.jpgScénario et dessins : Manu Larcenet
Éditeur : Les Rêveurs

On savait Manu Larcenet angoissé, en voilà une preuve de plus. Dans On fera avec, le lecteur suit un petit bonhomme en proie aux doutes et désespoirs qu'on impute à l'auteur. Peur de la mort, peur de l'inconnu, lourdeur du quotidien, amour et plaisir comme fuites en avant, le tout agrémenté de métaphores visuelles parfois bien trouvées mais généralement éculées. Le voilà qui grimpe une montagne mais ne sait plus quoi faire une fois au sommet, le voici qui tombe dans un abîme pour toucher le fond...

On fera avec aurait peut-être (attention cette fois c'est moi qui tombe dans les clichés) touché ma sensibilité d'adolescente non pas angoissée mais en quête d'absolu et de vérité. Aujourd'hui, en lisant cette BD, je lève les yeux au ciel et j'ai envie de la refermer. Manu Larcenet utilise souvent le pronom "on", qui implique un groupe d'individus non définis, et généralement par extension l'ensemble de la population sans distinction. onferaavec plancheJe n'aime pas que mes lectures prétendent me connaître, je n'aime pas que l'auteur me fasse un clin d'oeil en disant "allez, ce sont les craintes humaines, je sais que tu les ressens aussi". Je préfère avoir le choix de m'identifier ou non.

Dans cette édition, quatre pages ont été rajoutées qui sauvent un peu le reste. On y voit Manu Larcenet qui engueule son éditeur de l'avoir laissé publier une daube pareille. "Je pontifie sur la vie du haut de mes vingt ans!" s'écrie-t-il.
Ça, ça m'a fait rire.

Publié dans Lectures

Commenter cet article