Au revoir et à Jamait

Publié le par Scarlett

C'est le nom d'un spectacle que je suis allée voir le 5 juin. J'ai découvert Yves Jamait il y a deux ans, et si je ne suis toujours pas fan de ses chansons les plus prosaïques (je pense à l'Adieu merdeux, entre autres) je dois avouer qu'il sait saisir avec exactitude l'amertume des jours et que je frissonne à chaque fois que j'entends Jean-Louis ou le monologue du client.
Le spectacle était divisé en trois parties chantées par les jeunes des ateliers chansons de l'école associative de musique, de danse et des arts de Dijon. Une chorale enfantine a fait la première partie qui n'avait rien à voir avec Yves Jamait. La deuxième partie comprenait surtout des chansons joyeuses, chantées en choeur par la troupe des adolescents. Les voix se mêlant les unes aux autres, le résultat était doux et presque paisible, en contraste avec la voix douloureuse d'Yves Jamait. La troisième partie, chantée par "les plus grands" qui avaient la vingtaine, était surtout faite de duos justes et maîtrisés sur les textes les plus tragiques (Vierzon, La salle et la terrasse, etc.). Personne dans la salle n'oubliera l'interprétation magistrale de Dimanche (caresse-moi), chantée en tête-à-tête, et ces deux êtres qui s'aboient leur désir.
Les reprises sont souvent intéressantes parce qu'elles enrichissent le texte de départ en lui offrant une nouvelle lecture. Ce soir-là, en plus d'être intéressant, c'était beau, tout simplement.

Publié dans Tout et rien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article