Somatiser

Publié le par Scarlett

Somatiser, c'est traduire par des symptômes physiques une douleur psychique. Le plus souvent, c'est un stress passager qui donne par exemple des crises d'asthme ou de l'eczéma. Le mot vient du grec sôma qui signifie "corps". Certaines maladies sont connues pour avoir parfois des causes psychologiques (acné, verrues, etc.).
Bien sûr comme ceci est MON blog, et que je n'y parle que de moi, cela signifie que je suis également sujette à ce phénomène. Je laisse tomber les explications médicales, je n'y connais pas grand-chose et surtout il y a un lien fabuleux, complet et bien écrit exprès pour vous éclairer.

A ma connaissance, j'ai trois façons de somatiser. Il m'arrive (mais heureusement c'est assez rare) d'avoir des crises d'angoisse où je tousse de façon presque incontrôlable (j'arrive mieux à me calmer maintenant, lorsque ça m'arrive). Cela se produit quand j'ai la sensation d'être dans un milieu totalement inconnu et que cela m'inquiète. Je me retrouve souvent dans des lieux totalement inconnus, mais dans la grande majorité des cas ça ne me fait pas peur. Puisque je ne connais pas, je n'ai qu'à découvrir! J'ai eu des crises de toux pendant deux ou trois soirs de suite quand je suis allée passer deux semaines en Angleterre il y a trois ans. Je ne savais pas comment tout aller se passer, et je n'avais pas de projet bien défini. Finalement tout s'est très bien passé et j'en garde un excellent souvenir. Je connais bien cette sensation maintenant, ça ne me fait plus peur. Je dois juste attendre que ma toux passe en essayant de respirer profondément. Bien souvent je tousse en sachant très bien que je n'ai rien à craindre. Je garde les autres exemples pour moi.

Ma deuxième forme de somatisation est un mal de ventre très embarrassant qui a lieu quand je me sens en danger. Ce n'est pas la même chose que la précédente somatisation : je peux me sentir en danger dans un environnement connu, et je peux être perdue et vaguement inquiète dans un endroit inconnu sans pour autant me sentir en danger. C'est en général relationnel, je sens que quelque chose ne va pas avec quelqu'un, la personne qui se trouve à mes côtés ou celle à qui je pense. C'est parfois très gênant, lorsque j'ai mal au ventre tout en sachant pertinemment que je peux faire confiance à la personne qui m'accompagne. Parfois à l'inverse, c'est une sonnette d'alarme. Tout va bien pour moi, je n'ai pas de problème, et pourtant j'ai mal au ventre, suis-je bien certaine d'aller bien? Ne serais-je pas en train de me voiler la face à propos de quelque chose?
Je n'ai qu'une solution dans ce cas : l'introspection jusqu'à trouver la fêlure, retourner mon problème jusqu'à ce que je trouve la solution et parvienne à sortir de mon impasse.

Ma troisième somatisation est un froid qui me transperce et que rien ne peut calmer. Il survient lorsque je suis impressionnée par une situation, un peu timide, et que je me demande comment tout va se terminer. C'est déjà arrivé avant de passer des examens ou lors de rendez-vous qui étaient loin d'être anodins. Je n'ai qu'à attendre que la situation s'achève d'elle-même (que l'on revienne sur un terrain plus familier, que je reprenne confiance ou tout simplement que l'événement en question soit terminé).

Le corps est une carapace qui protège et emprisonne.

Publié dans Tout et rien

Commenter cet article

Le Guillaume 02/01/2007 03:21

- Sors de toi-même!- Non, il fait trop froid dehors!...- T'as qu'à fermer la porte?!!!- Faudrait savoir!- Oui c'est vrai, Faudrait! . . .