Présentation


Blog : Et souviens-toi que je t'attends
Créé le : 09 octobre 2006
Contacter l'auteur

Liens

 

Scénario : Pascal Rabaté creve-saucisse.JPG
Dessin : Simon Hureau
Couleurs : Claire Champion
Editeur : Futuropolis

"Quand on fait des cornes à un boucher, faut pas s'étonner de passer de l'état de client à celui de marchandise."

Didier est boucher. Sa femme Sandrine, dont il est toujours très amoureux, le trompe avec leur ami Eric. Didier enrage face au culot de son ami, aux états d'âme de Sandrine et à leurs mensonges et manigances. Dans sa chambre froide, il tranche sa viande avec fureur et songe à passer à une autre sorte de gibier.
C'est dans une BD qu'il trouve la solution : en feuilletant La voiture immergée de Gil Jourdan, il décide de faire pareil.

Le dessin est rond, plaisant avec de jolies couleurs vives, comme pour rappeler qu'à la surface, par-dessus le drame, la vie continue, le soleil brille et sauve les apparences. Sandrine est dessinée comme une sorte de Vénus alanguie, belle qui s'ennuie comme la voit son mari éperdu. Les dialogues sonnent vrais, on assiste aux vacances de quatre amis au camping, et on pourrait croire à un été insouciant et normal si l'on ne devinait pas les projets de Didier.

Creve-saucisse-3.jpg Crève Saucisse est une agréable surprise, mi-douceur mi-fureur. C'est simple mais pas simpliste, et si le personnage est amer, la BD ne l'est pas et s'offre même un amusant clin d'oeil en dernière page.


Bonus :
Les 20 premières pages sur le site de Futuropolis
Une interview de Pascal Rabaté sur France Inter, à l'occasion de la sortie de Crève Saucisse

Lundi 23 septembre 2013 1 23 /09 /Sep /2013 11:13
- Publié dans : Lectures - Par Scarlett
Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire

1.jpg Dessin et scénario : Sylvain-Moizie
Éditeur : Delcourt
Collection : Shampooing


De premier abord, c'est moche, mais ça intrigue. Les dessins sont un joyeux fouillis, dans le genre un peu punk, festif. Les personnages ressemblent à des clowns, c'est en deux ou trois couleurs seulement (qui vont changer avec les chapitres, mais sans devenir plus nombreuses).
On commence avec un jeune homme dont on ne connaît pas le nom et qu'on appellera Machin, dont la femme (appelons-la Machine) est enceinte et sur le point d'accoucher. Il raconte ses quelques angoisses, mais surtout son agacement face à tous les gens qui lui plombent le moral par anticipation (Mais comment tu vas faire sans le permis? Tu n'auras plus de temps à toi, plus de sorties, tu seras crevé, tu verras!). Et surtout, on voit un couple qui rigole, et qui a hâte. J'ai donc pris L'étirement du plexus brachial comme une BD auto-biographique sur la grossesse, l'accouchement et le fait d'être parent, un sujet qui ne me concerne pas spécialement, mais que j'ai eu envie de lire tant il y avait de joie et de tendresse dans ses premières pages.

2.jpg Et puis arrive l'accouchement, un peu difficile, à l'hôpital, la valse des sages-femmes, et le constat : le bébé souffre d'un étirement du plexus brachial, parce que son bras s'est coincé sur sa tête au moment de l'accouchement, et les jeunes parents s'embarquent dans une suite absurde de visites de différents spécialistes qui ont tous un avis différent, méprisent tous leur collègues, et se fichent pas mal du ressenti des parents.
Que cela ne vous arrête pas! Ce n'est pas une BD-coup de gueule contre les médecins, c'est une BD sur la joie d'avoir un enfant, la peur que quelque chose ne se passe pas bien, la culpabilité de ne pas suivre des consignes contradictoires et l'envie de laisser la part belle à la vie, au rire, au mouvement malgré tout ça. Au final, c'est une BD touchante, pleine d'émotion et de joie que je recommande chaudement.

Tout ça m'a mise de bonne humeur!

Mardi 10 septembre 2013 2 10 /09 /Sep /2013 10:48
- Publié dans : Lectures - Par Scarlett
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

life 2 Philipp Meyer est un designer danois. Il a créé ce qui est probablement la première BD en braille, accessible aux non-voyants comme aux voyants. Il existe de nombreux livres en braille (quoique la proportion par rapport à la quantité de livres classiques est dérisoire) mais il estimait que la lecture était trop souvent informative et laissait peu de place à l'art et à l'imagination.

Pour créer cette BD, Philipp Meyer s'est interrogé sur les processus de narration graphique et l'importance des sens utilisés. Copier une case de BD en remplaçant chaque trait par des pointillés n'aurait pas été pertinent. Les couleurs n'ont plus d'importance, les dessins ne peuvent pas être aussi précis. Il a dû faire des recherches graphiques sur les personnages (comment les rendre facilement reconnaissables tout en leur donnant un toucher agréable?), la mise en pratique (quelle hauteur de pointillés en relief?) et tester plusieurs prototypes.

 

Life est une BD de 6 pages, comportant 4 cases chacune. Les cases sont délimitées par un liseré carré plus discret que les personnages. Les quatre premières cases sont numérotées pour indiquer l'ordre de lecture. Les personnages sont représentés par des ronds plus ou moins remplis pour les différencier. La BD est imprimée (poinçonnée) sur un leporello (une longue feuille pliée en accordéon) pour éviter d'avoir à tourner les pages et à toucher l'envers de la page. La première page est une introduction, en braille et en anglais imprimé, car les premiers lecteurs aveugles, n'ayant aucune expérience de la bande dessinée, restaient perplexes bien que capables de lire la BD.
Life raconte l'histoire de deux personnes qui se rencontrent, ont un enfant, puis meurent petit à petit.

Simple mais loin d'être anecdotique, Life ouvre peut-être la voie à une production plus large et des recherches plus poussées dans le domaine de la narration séquentielle tactile. L'expérience visait à montrer qu'une BD tactile pouvait fonctionner; elle est réussie : Life a été appréciée aussi bien par les lecteurs voyants que non-voyants.

 

Pour en savoir plus, le site du projet Life (en anglais).

Mardi 18 juin 2013 2 18 /06 /Juin /2013 11:41
- Publié dans : Tout et rien - Par Scarlett
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

Wonderland

Trois choses qui m'ont fait plaisir récemment :
- Retrouver un emploi en bibliothèque, et être entourée de livres toute la journée. pourvu que ça dure!
- Une jolie découverte : Les nuits fauves, du collectif Fauve.
- Le Dé Masqué, café-jeu dijonnais, a ouvert rue Monge! Cliquez pour voir la page facebook ou le site dédié.

Validation

seal-of-approval.jpg

Recherche

D'autres articles

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés